Jaojoby Eusèbe

Échantillon du titre
« Pecto »
Extrait du titre « Pecto » enregistré le 11 mai 2001
à l'Aéro-Hôtel - Diégo-Suarez (582 Ko).

« Pecto » est un titre de l'album « Aza arianao » ©2001 Indigo LBLC 2573 [Voir plus bas le détail des CD]

Quelques dates :

•Jaojoby Eusèbe est né le 29 juillet 1955 à Ambohangibe (sur la rivière Bemarivo) à 51 km de Sambava en pays Betsimisaraka.

•Installé à partir de 1970 à Diégo-Suarez, il se consacre de plus en plus à la musique et joue notamment au bar « Le Saïgonais » avec le groupe Los Matadores (à la batterie Jean-Claude Djaonarana, malheureusement disparu en 1995).

En illustration, un 45 tours de la fin des années 70
de R. J. Clément /
Los Matadores (sans Jaojoby), Discomad 466.481.


"Isoma ignany" 3'15 (R. J. Clément)
COM - 4233 (788 Ko)

•De 1975 à 1979, il rejoint le groupe « Les Players » de Said, notre professeur de guitare, avec lequel il enregistre deux 45 tours :

Tsaikijoby en 1976, Discomad 466.832.
Face A "Tsaikijoby" 3'54 (E. Jaojoby)
COM - 4116
Face B "Magnini ndroky" 4'00 (E. Jaojoby)
COM - 4117.

Agny rô en 1978, Discomad 466.905.
Face A "Agny rô" 3'32 (E. Jaojoby)
COM - 4232
Face B "Pilovera mena" 3'25 (E. Jaojoby) COM - 4233.


Les Players en 1976 au Foyer Surcouf à Diégo.
.Jaojoby le premier debout à gauche.
Bicky à la guitare debout en uniforme de marin.
Said prend la photo (?).
Photo Bicky ©1976

De gauche à droite :
En haut : Jaojoby, Doda (basse), Jean-Pierre Ramaro, Bicky (guitare) et un marin de passage.
En bas : deux danseuses et un guitariste non identifiés.

Les musiciens des Players :

SAID : Guitare solo

JAOJOBY Eusèbe : chant

RAMARO Jean-Pierre : batterie

BARTH (Obel): guitare rythmique et basse

LOVINS Gustave : 1ère trompette

DABAKA Jean-Marie : 2e trompette

BEBO Étienne (Doda) : clavier

TENTELY Jacky : sax alto & clavier

MINSMIN  : guitare rythmique

FATOMA Laurentine : chant

Gilbert : guitare rythmique

Jean-Marc GIOVANNI : guitare solo

Claude ISSA : chant

Georges LAW WA : producteur


Ci-dessous, les deux 45 tours des Players dont on voudra bien excuser les craquements dus à la vétusté.
(fichiers mp3 de 788 à 911 Ko)

Tsaikijoby


Face A "Tsaikijoby" 3'54

Face B "Magnini ndroky" 4'00
©1976 Discomad 466.832
(E. Jaojoby)
COM - 4116 (880 Ko)
(E. Jaojoby)
COM - 4117 (911 Ko)


Agny rô


Face A "Agny rô" 3'32

Face B "Pilovera mena*" 3'25

©1978 Discomad 466.905

(E. Jaojoby)
COM - 4232 (804 Ko)
(E. Jaojoby)
COM - 4233 (788 Ko)

"Pilovera mena" fut composé en 1965 par Jaonary, un agent du service des eaux et forêts de la région d'Antalaha et interprété devant le président de la République Philibert Tsiranana dans l'enceinte de la préfecture d'Antalaha (chant a capella + kaiamba) sous forme de comédie musicale

• En 1979- 80, étudit la sociologie deux ans à l’Université de Tananarive. Jaojoby travaille pour Radio Madagascar à Tananavive.

•A partir de 1981, il se produit au bar du Hilton « Le Papillon bar ».

•En 1982, à Berlin (RDA), stage de perfectionnement en journalisme à l’Institut International de Journalisme.

•De 1984 à 88, responsable du Service Provincial de l’Information à Diégo-Suarez
pour Radio Madagascar.

•En 1987, à l'initiative de Pierre-Henri Donat, Jaojoby enregistre quelques morceaux d'un disque consacré au salegy. « Les Maîtres du Salegy » (Pied Rouge, France, 1987) et (Mars MA 1014) Madagascar 1998. Remporte un grand succès avec « Samy mandeha samy mitady ».

•En 1988, le "Roi du Salegy" est de retour à Tananarive, Jaojoby forme un groupe homonyme quasiment définitif « Jaojoby ».

•De 1990 à 1993, Jaojoby est attaché de presse au Ministère des Transports, de la Météorologie et du Tourisme.



De 1992 à 2004, cinq albums ont été produits. Les voici présentés ci-dessous avec la liste des titres et celle des musiciens :

Salegy ©1992
Veloño ©1994
E tiako ©1997
Aza arianao ©2001
Malagasy ©2004

Salegy ©1992 Xenophile XENO 4040 USA 1996 (Previously Rogue FMSD 5025, UK 1992)

Courriel :grnlinnet@aol.com
Le site web de Xenophile
le seul moyen, à ma connaissance, d'acheter ce premier CD de Jaojoby est
le site web de Xenophile http://www.greenlinnet.com


Les titres :

1. SAMY MADEHA SAMY MITADY (Salegy) 5'12

2. ALIMA (Basesa) 5'46

3. TSAIKY JOBY* (Salegy) 4'39

4. MANINY NY AMINAY (Sigoma) 4'16

5. TANDRINESA (Salegy) 6'11

6. COME ON ((Salegy) 4'25

7. MAMPANINO ANAO (Rumba/Watcha-Watcha) 8'12

8. PILOVERA MENA* (Salegy) 4'37

9. TSY ZANAKA MPANARIVO (Salegy) 6'40

10. NANINO NDREKY* (Funkygasy) 4' 07

* : Reprises des 45 tours de Discomad 466.832 et 466.905

Les musiciens :

Eusèbe JAOJOBY : Chant

Claudine ZAFINERA : Chant

Joseph MAHADlNY : Chant

Paul Martin ANDRIAMARO RARIVOMAHAFEHY ("Rivo") : Claviers

Olivier RASOLOFO("Ledada") : Guitare solo et basse

Jean-Claude DJAONARANA : Batterie

Jean de Dieu TOTOZANAKA ("Lava") : 2e guitare

Laurent RANDRIANAMBININA : Basse et guitare solo


Salegy is an exciting 6/8 dance rhythm which is heard in roots music all over Madagascar. Most of the eighteen different Malagasy tribes have their own version, played on their local traditional instruments. You'll hear it from groups of young boys on street corners with kabosy, the little local equivalents of guitar with partial frets and unwound bicycle brake cables for strings, and korintsana - bamboo tubes or tin cans full of rice grains - for percussion. Or perhaps it will be played on the valiha or marovany, Madagascar's unique zithers. Nowadays, since the end of the 1960s, the style is usually associated with electric instruments and is Madagascar's local guitar band dance music just as benga is to Kenya or soukous to Zaire. Many people believe that modern Salegy and its relatives like Watcha Watcha originated in the North and Northwest of Madagascar but that's not strictly the case. It's just that Salegy with electric instruments became more common in those areas because they had ports like Diego Suarez and Mahajanga which in colonial days, had a lot of French military personnel who enjoyed partying. In the late '70s and early '80s, hundreds of 45 rpm singles of Salegy, Watcha Watcha, Basesa and other Malagasy dance rhythms were released on the two local labels, DiscoMad and Kalamba, some reputedly selling over 60,000 copies. These are now increasingly rare as the pressing plants closed during Madagascar's slow economic collapse in the '80s, though a search around the markets will still unearth a few~very scratchy masterpieces. More recently, there seems to have been something of a revival with the '90s seeing a small explosion of local cassette releases by artists and bands like Tianjama, Mily Clement, Lazan' Maroantsetra and Jaojoby.

Jaojoby (pronounced dzo-dzoob") Eusebe began his recording career on such singles in '76, and is the man they call "The King 0f Salegy". Even in the most remote parts of Madagascar, bands do cover versions of his songs and almost all bars, night clubs and bush-taxis play Jaojoby music. The song Samy Mandeha Samy Mitady was such a big hit ail over the island that t has even been used by politicians in their campaigns. An earlier version was featured on the only Salegy album ever released in Europe before this one, a French compilation from '87 that for years was one of the most bootlegged tapes in Madagascar's markets.
This is Jaojoby's latest and hottest group that he started in May 1988. As well as heavily featuring Salegy, as a live band they also include Sega, Watcha-Watcha, Sigoma, and many other of the world's rhythms like funk and reggae. Unlike other recent bands who have surrendered to the synthesizer and drum machine Jaojoby's band are the real thing.
After first encountering him on a many generation bootlegged copy of that compilation, I knew that I just had to hear more of this great voice and powerhouse band. A chance mention of his name while visiting the radio station in Antananarivo back in 1990 resulted in a meeting with the man himself the next day. I was lucky and very pleased to be able to record the band for a BBC radio session before I left the island, and knew straight away that they deserved a whole album: if anybody was going to be the first to introduce the sounds of real, authentic Malagasy Salegy to the outside word, it had to be the king.

Finally, when Ben Mandelson - one of the GlobeStyle team who kick-started the recent growth of interest in Malagasy music when they recorded there in the mid-80s - was back in Antananarivo on another Rogue project in early '92, we were able to capture the Jaojoby band live and kicking in the studio for later mixing in London.

Even that was touch-and-go. Madagascar has few studio facilities, and the one that was available had just an 8-track machine and no monitoring facilities. Ben had to do it all on headphones, trusting that a dean signal was going to tape. But sometimes adversity helps produce the goods: the band cooked up a live set with: t any of the dubious luxury of overdubs, and when - with fingers and toes crossed -we put the tapes on the machine back in
London, we were thrilled to find it sounded just great.

So at last, the real authentic Malagasy Salegy was to be heard abroad, courtesy of one of its very best exponents. Just listen out for those unbeatable three-part vocals, tight as they come, and the guitars which often reverse
mainland Africa practice by having a muted tone on the lead and a harder edge on the second player. Yeah!
Since this album's appearance in Europe in 1992, it has also been released back in Madagascar where it's rarely off the radio. Jaojoby made a triumphant European debut with the band at the Angouleme Festival in France in 1994 (and recorded a further album for the French label Indigo). I knew they were good, but hearing them live through a decent P.A. system for the first time, they were truly awesome and up there with any of the great African dance bands. Perhaps Xenophile’s world wide re--release of this album will encourage more touring abroad, and Madagascar's king of Salegy will ascend to many more thrones.

Ian Anderson



Veloño ©1994 Indigo LB 2513
LABEL BLEU - BP 0631 - 80006 AMIENS CEDEX 1 - FRANCE

Les titres :

1. AMIA RANO 5'06

2. LAIDAMA 3'58

3. JALY JERY 4'21

4. TARATASY MAITSO 3'43

5. VELONO 8'32

6. MANANATSY MIJALY 5'30

7. JAO 3'48

8. VELONO FIRY TAONO 3'07

9 TANORA AZA MANAMBADY 5'50

10. NINTSIKA JIABY IZ'TY 4'13

11. NDEH'HODY 6'45


Les musiciens :

Laurent RANDRIANAMBININA : "Pitipiti guitare"

SAID : Guitare

Hervé ROMAGNY dit BOUBOU : Guitare

Bruno CAMARA : Guitare basse

Russa MESMIN dit MEME : Guitare acoustique

Rarivomahafehy ANDRIAMARO : Claviers

Joseph RANDRIATSIFERANA : Claviers

BERNARDIN : Batterie

Jean-Claude DJAONARANA : Batterie

SAID : "Accordéon"

Eusèbe JAOJOBY : Chant

Joseph MAHADlNY : Chant

Claudine ZAFINERA : Chant

JAOJOBY Eusèbe

L'origine du salegy remonte au moins au quinzième siècle, à l'aube du peuplement de Madagascar. Le rythme, un six-huit rapide, est arrivé au Sud-Est de l'île (région de Fort Dauphin) avec les premiers occupants, pour se déplacer avec eux vers le Sud-Ouest, puis le Nord. Dans chaque région, il a un nom particulier tuska dans le sud, bassessa dans … mais c'est fondamentalement le même, avec des variantes imperceptibles à qui n'est pas du pays. Aussi est-il devenu le symbole de la musique malgache, pourtant très variée.
Le mot salegy lui-même date des années 60. Il serait d'origine indonésienne et désigne une musique nouvelle, électrique, imaginée par certains guitaristes au confluent de la variété et de la tradition. Au début des années 70, Jaojoby sera l'un des tous premiers à chanter le salegy, jusqu'alors limité à quelques enregistrements instrumentaux.
Eusèbe Jaojoby descend de plusieurs groupes ethniques (St Marien, Betanimena, Antimaroa, Tsimihety, Makoa), mais chez lui le type africain domine, comme chez la plupart des côtiers. Il est né en 1955 à Ambohangibe, près de Sambava, au Nord-Ouest de l’île. Fils aîné d'une famille de treize enfants, catholiques fervents, il apprend à chanter à l'église, où son grand-oncle tenait l'harmonium. À l'âge de quinze ans, il part à Diégo-Suarez continuer ses études ; mais un mois à peine après son arrivée il gagne un radio-crochet et tout en suivant l'école il commence à chanter dans le night club local « le Saïgonais », repaire d'anciens colons et d'expatriés.
Ce n'est qu'en 75, lorsqu'il quitte le night-club pour une formation plus jeune, les « Players », qu'i peut enfin jouer pour un public populaire et malgache.
C'est avec eux, dans les villages et les fêtes, qu'il met au point ce qui va devenir le salegy d'aujourd'hui, une musique moderne mais roots, calquée sur les styles et instruments traditionnels "le chant, dit-il, est celui des gardiens de bœufs qui courent devant leurs troupeaux; la guitare imite le jeu des grands maîtres de valiha les claviers ont le feeling de l'accordéon traditionnel et la basse est calquée sur le son de cinq gros tambours. Quant à la batterie, elle reproduit l'ambiance d'une foule malgache un jour de fête battements de mains, maracas, pieds qui frappent le sol." Le groupe se dissout en 79. En 1980, Jaojoby part à Tananarive faire des études de sociologie, mais embraye très vite sur la musique ; il chante au bar du Hilton en compagnie de la famille Rabeson, les fameux jazzmen malgaches.
Parallèlement, il fait une carrière de journaliste radio, qui le conduit en 84 à la tête du service d'information de Diego-Suarez. Rappelé à Tananarive en 88, il y forme un nouveau groupe, qui remporte d'énormes succès. Un album enregistré en 87, « Les maîtres du Salegy », a mis la danse à la mode, et Jaojoby est sacré « Roi du Salegy » par un quotidien local. Depuis, il s'est produit plusieurs fois pour la communauté malgache en France, a réalisé plusieurs cassettes. Quant au public « world music » il découvrira le salegy à l'occasion de la tournée 94 des festivals et des clubs. Cet album "VELONO" est le premier enregistré dans des conditions professionnelles, sous la direction artistique d'Hervé Romagny, talentueux guitariste de Ray Lema, qui connaît bien Jaojoby pour avoir rejoint son groupe en 86 et effectué avec lui une tournée de Madagascar.



E tiako ©1997 Indigo LBLC 2533
LABEL BLEU - BP 0631 - 80006 AMIENS - FRANCE
Tél : (33) 03 22 97 79 83 - Fax : (33) 03 22 92 52 17

Les titres :

1. E TIAKO 5'25

2. TIA ANAO ZAHO 5'02

3. MBOLA VELONO 5'25

4. VAMBANAO 2'31

5. SITRANA TSY MANANO 4'08

6. MALEMILEMY 5'15

7. TSY HIRENIRENY 4'37

8. VAMBA ANAO NOMOALY 2'29

9. MEKY 2'19

10. MAHAIZA MANDEFITRY 3'41

11. TSY AKEO 3'05


Les musiciens :

Eusèbe JAOJOBY : Chant

Claudine ZAFINERA : Chant

Joseph MAHADlNY : Chant

Bruno Jean CAMARA : Basse

Joseph RANDRIATSIFERANA : Claviers

Miharilaza Claudin RAFALISON : Guitare

Augustin RADAONANDRASANA : Batterie

Paul Martin ANDRIAMARO : Claviers

Laurent RANDRIANAMBININA : Guitare

David MIRANDON : Percussions

Les musiques modernes de l'Afrique ressemblent souvent à leurs modèles occidentaux: salsa, reggae, pop… Ce n'est pas le cas du salegy (prononcé « salègue ») de Madagascar. Bien qu'ayant adopté l'orchestration rock en vogue à l'époque de sa naissance (fin des années 60), il est resté farouchement malgache. Écoutez ces rythmiques effrénées, ces harmonies vibrantes, ces voix faites pour les grands espaces ! Et peu importe que l'accordéon soit joué au synthé, que les guitares aient pris la place du kabosy, et la batterie celle des percussions ; la musique malgache n'a-t-elle pas, depuis qu'elle existe, fait siens les instruments et les styles des migrations successives, venues d'Asie et d'Afrique, puis d'Europe et même d'Amérique ?

Jaojoby Eusèbe lui-même ne s'est jamais cantonné à une seule dimension culturelle ; il fréquente avec la même aisance les cérémonies traditionnelles et le réseau internet. Né sur la côte Nord-Ouest de Madagascar (Amboangibé, près de Sambava) il a fait son chemin depuis les bals villageois jusqu'aux scènes internationales sans pourtant se couper de ses racines.
Comme beaucoup, il fait ses débuts à l'église. Son oncle y est organiste ; le petit Eusèbe l'accompagne, et s'endort souvent à ses pieds. Plusieurs fois par semaine, leur treize enfants en remorque, les parents traversent la place pour aller à l'église chanter des cantiques. Très vite Eusèbe prend conscience de sa voix exceptionnelle, un ténor énergique et souple. « J'aimais faire entendre ma voix par-dessus les autres… ».
Lorsqu'il a quinze ans, son père l'envoie à Diego Suarez, la capitale régionale (aujourd'hui Antsiranana), pour étudier. Il l'a confié à un jeune oncle, sensé veiller sur son éducation. Mais le destin guette : arrivé à Diego le 11 septembre 1970, il apprend qu'un mois plus tard doit avoir lieu un radio-crochet pour les jeunes talents. Pendant trois jours, les candidats se succèdent. Pour la première fois Jaojoby chante devant un micro, avec un orchestre. Et il gagne.
Dès lors, les portes des clubs lui sont ouvertes. On reconnaît « le petit qui chante », et on lui tend le micro en fin de soirée, lorsque les chanteurs officiels sont fatigués. L'oncle s'alarme de cette vie nocturne, avise le père, qui demande conseil au curé. « Qu'il suive sa vocation », répond le prêtre. N'a-t-il pas été applaudi par des ministres et des généraux ? Tant que les résultats scolaires ne s'en ressentent pas… Marché conclu : liberté contre bonnes notes. Dorénavant, Eusèbe mène une double vie, rentrant su petit mutin ourla pointe des pieds, ses souliers à la main, repartant à l'école quelques heures plus tard, les yeux rouges. Pendant les deux premières années il ne gagne pas d'argent, mais apprend à captiver la clientèle de marins et de baroudeurs qui hante le bar « le Saïgonais ». Il développent un répertoire R & B inconnu du groupe résident, les Matamoros ; dans les breaks instrumentaux il se délecte à glisser des rythmiques malgaches, et donne au chant des accents traditionnels. Sur le trottoir devant le club, les copains jubilent. C'est l'ébauche d'un nouveau style, appelé à devenir la musique de danse la plus populaire à Madagascar : le salegy.

Le mot "salegy" est sans doute venu d'Indonésie avec les premiers occupants de l'île Rouge. Son histoire est liée à celle des Sakalava. Installés d'abord au Sud-ouest de l'île nous le nom d'issaka, ils auraient essaimé vers l'Ouest, avant de remonter vers le Nord en une « Grande Marche des issaka » - « Issaka Lava » - qui leur vaut leur nom. Leurs cérémonies, adressées aux dieux par la médiation des ancêtres, sont accompagnées de chants et de battements de mains, parfois de tambours. Le rythme (6/8 su 12/8) donne l'impression d'un moteur bien lancé, que rien ne peut détourner de son but ; ce qui permet au chanteur de s'exprimer avec liberté. Ce rythme fut présent, avec des variantes, dans toute l'île : c'est le tuska au sud (plus rapide), le bassessa à l'Est, (plus lent, avec un « effet de vague »). Même le sega mauricien est un cousin du salegy.
A la fin des années 60 est apparu un style de guitare électrique inspiré de ce rythme et auquel on a donné le nom de salegy bien qu'il soit plus proche du bassessa actuel. Quelques 45 tours instrumentaux ont été enregistrés par Freddie Ranarison, mais il n'existe pas encore de version chantée. C'est ce que Jaojoby tente de créer en superposant au rythme des mélodies que l'on chante au village, les soirs de pleine lune. Le batteur des Matamoros, Jean Claude Djaonarana, invente un style de charley ternaire, qui deviendra la norme pour tous les batteurs de salegy. Chaque soir, au Saïgonais, les musiciens glissent deux ou trois salegy dans leur répertoire, mais le public préfère ses rengaines importées. Pour continuer sa recherche, Jaojoby va devoir quitter le club pour un groupe plus jeune et plus aventureux, les "Players", avec qui il va élaborer, à partir de 1975, les standards de salegy moderne. Les Players sont dirigés par Saïd, un excellent guitariste, et managés par un commerçant chinois, propriétaire d'une sono et d'un groupe électrogène. Pendant 4 ans ils sillonnent la région, se produisant partout où on les invite, dans la boue des villages comme sur les moquettes des hôtels. En 70, deux 45 tours sont gravés : « Tsaiky » (avec une face B funky) et « Piloveramena » (Face B Otis Redding). Mais en 79 le groupe se sépare. Saïd rejoint Feon'Avaratra (La Voix du Nord) avec deux musiciens ; Jaojoby tourne quelques mois avec un petit groupe, Kintana, puis rejoint la capitale où il s'inscrit à la fac, en sociologie. Il a 24 ans, et déjà plusieurs enfants, il est temps qu'il finisse ses études.
Le moment est mal choisi : à Tananarive, il tombe en pleine grève. Mais Radio Madagascar, qui est en train de se réorganiser, embauche Jaojoby pour présenter le journal. Il occupera par la suite plusieurs postes importants à la radio, dont celui de directeur de l'information. Mais une fois encore le destin veille…
En 1981, alors qu'il attend le bus 17 pour Ambohipo, un homme l'aborde : « Sais-tu chanter le sega et le salegy ? » Le soir même, Eusèbe est au Hilton pour une audition. Il n'a pas fini d'interpréter "Sex Machine" que le manager monte sur scène lui présenter un contrat. Jusqu'en 84, Jaojoby mènera parallèlement son travail à la radio et ses performances au bar du Hilton, le plus huppé de la ville, où il travaille notamment avec les Rabeson, la célèbre famille de jazzmen. Puis la radio l'expédie comme chef de l'information à Diego. En 87, un Français, Pierre Henri Donat, le retrouve et lui fait enregistrer plusieurs titres d'une compilation, « Les Maîtres de Salegy », qui ne lui rapporte pas un sou mais lui vaut le titre du « Roi du Salegy ». Lorsqu'il rentre à Tananarive en 88 le salegy est la musique à la mode, et son « roi » très demandé. Le voilà contraint à reformer un groupe  ; il recrute Jean-Claude, le batteur des Matamoros, Saïd le guitariste des Players, le bassiste du Hilton et d'autres musiciens, auxquels se joindra souvent Hervé Romagny (« Boubou », guitariste de Ray Lema, rencontré lors d'une virée malgache. Joseph, un chanteur croisé à Tamatave, et Claudine, épouse d'Eusèbe, viennent compléter la formation. Elle n'a pas changé depuis, mais Jean-Claude Djaonarana manque à l'appel : il est décédé en 1995.

Ce nouvel album de Jaojoby (le second pour Indigo) a été enregistré, comme le premier, sous la direction d'Hervé Romagny, mais dans des conditions techniques bien meilleures, ce qui lui permet de se rapprocher encore des canons du salegy idéal : « les voix puissantes des bergers, qui crient pour être entendus jusqu'au fond des vallées  ; des guitares riches comme le jeu de valiha de Rakotozafy ; des claviers imitant l'accordéon des villages » (E. J.). Quant aux textes, ce sont, comme toujours, des compositions du chanteur,traitant de la réalité malgache et surtout de l'amour, sur un ton parfois torride. L'ensemble culmine dans des titres comme « Mbola Volono » ou « Mahaiza Mandefitry », où les sons s'enroulent en spirale, tornade rythmique portant l'auditeur toujours plus haut, dans une transe profane à laquelle aucun danseur ne résiste.

Hélène LEE

Aza arianao ©2001 Indigo LBLC 2573
LABEL BLEU / INDIGO - MCA - BP 0631 - 80006 AMIENS CEDEX 1 - FRANCE
Tél : (33) 03 22 97 79 79 - Fax : (33) 03 22 92 52 17

Les titres :

1. SOMAIKO SOMAINAO 4'54

2. UN FAIBLE POUR LES FILLES 3'22

3. AZA ARIANAO 4'07

4. MANGALA VAIAVY 4'55

5. TOKONY ATAONTSIKA 2'50

6. ALIMA* 5'15

7. PECTO 3'36

8. SOMAINO 5'20

9. MBA HO AVY MILAY 3'26

10. SARIHA MORAMORA 4'12

11. DOHANA MORA 3'40

12. ALLO TSIKA NDEHA HISOMA3'50

* : Reprises du titre 2 de l'album Salegy ©1992 Xenophile XENO 4040 USA 1996 (Previously Rogue FMSD 5025, UK 1992)

Les musiciens :

Eusèbe JAOJOBY : Chant

Claudine Robert ZAFINERA : Chant

Roseliane VAVY : Chant

Kaloloha Joseph MAHADlNY : Chant

Augustin RADAONANDRASANA : Batterie

Ravivomahafehy Paul ANDRIAMARO : claviers

Bruno Jean CAMARA : Basse

Raledey Vink Bamouaz TAFARA : Guitare

Laurent RANDRIANAMBININA : Guitare

Eusébia FATOMA : Chant

ARTISTES INVITÉS

Nicolas RAKOTOVAO : Saxophone et flûte

David MIRANDON : Percussions


Malagasy ©2004 Discorama WVF 479015
Enregistré au Bato Fou (Saint-Pierre de la Réunion) en février/mars 2004 par Pascal MANGLOU
Mixé au Studio Digital (Saint-Denis de la Réunion) en mars 2004 par Pascal MANGLOU
Masterisé par Jean-Pierre BOUQUET (L'Autre Studio)

« Malagasy », le dernier opus de Jaojoby est l'occasion de découvrir, à travers l'un de ses grands hérauts l'universalité de la musique de la Grande Ile

Les titres :

1. INDOSIKO ANAO 3'21

2. TSY ZANAKA MPANARIVO* 4'43

3. TANY TSARATSRA 4'22

4. K'AZA MIAHIAHY 4'43

5. MAHORE

6. SITRAKA ZANAHARY

7. MAHANGOMA

8. MALAGASY

9. MITIADAVIA

10. COME ON*

11. ATERA ZAHO NDEHA HOANDRY

12. POTIKY AMINAO

* : Reprises des titres 2 et 10 de l'album Salegy ©1992 Xenophile XENO 4040 USA 1996 (Previously Rogue FMSD 5025, UK 1992)

Les musiciens :

Eusèbe JAOJOBY : Chant

Claudine Robert ZAFINERA : Chant

Kaloloha Joseph MAHADlNY : Chant

Roseliane VAVY : Chœur

Eusébia FATOMA : Chœur

Elie Lucas JAOJOBY : Guitare solo

JEANNOT : Guitare rythmique

Bruno Jean CAMARA : Basse

Rarivomahafehy Paul ANDRIAMARO : Claviers

Augustin RADAONANDRASANA : Batterie


Les invités :

Prof Jah PINPIN : Saxophone alto

Alain CHAN : Saxophone ténor

JÉRÔME : Trompette

LIONEL : Trombone

Pascal JAPHET : Percussions

Granmoun LÉLÉ : Chant

Falille PHILÉAS : Chant & percussions



Jean-Michel, Winda, Eusèbe (Membre
d'honneur du ZOMARÉ) et Said en mai 2001

© ZOMARÉ, 2001. Tous droits réservés.
Toute reproduction doit faire l'objet d'une autorisation
Vos commentaires sont les bienvenus.