Carte de Gondwana et données sur la dérive des continents
Carte de Gondwana (Madagascar au centre en vert)

Ensemble continental qui, selon la théorie de la dérive des continents, (tectonique des plaques) aurait réuni au primaire, l'Amérique du Sud, l'Afrique, l'Arabie, l'Inde (Deccan, partie péninsulaire de l'Inde), l'Australie, l'Antarctique et Madagascar. Il occupait le pôle Sud et se serait disloqué il y a 240 millions d’années lors de la formation des océans.


Extrait du site de Christophe Frétard : « La tectonique des plaques », La terre et ses phénomènes naturels).

En fait, c'est vers -900 millions d'années qu'aurait débuté la tectonique des plaques. A cette époque, les cratons étaient assez solides pour porter des chaînes de montagnes. Sur cette longue période, les géologues peuvent avancer qu'un grand continent regroupait toutes les terres émergées il y a plus de 570 millions d'années. Mais à peine formé, ce super continent s'est désagrégé. Chaque craton a bougé à la surface du globe pour aboutir à une nouvelle unification, il y a donc environ 270 millions d'années : la Pangée.


La Pangée, était entouré d'un vaste océan : la Panthalassa. C'est en se collant à la plaque eurasienne que l'Angara (ou plaque sibérienne) a donné naissance à la chaîne de l'Oural.

Toute l'ère Paléozoïque (-540 à -245 millions d'années) est marquée par une alternance de glaciations et de réchauffements. A l'Ordovicien supérieur, le Sahara était recouvert de glace. Au carbonifère, l'Europe était équatoriale et envahie d'arbres tropicaux de 30 mètres de haut.

Entre le Gondwana (agglomérat de l'Afrique, l'Amérique du sud, l'Antarctique, l'Inde et l'Australie) et la Sibérie, se trouvait un océan baptisé Thétys. Le développement de cette mer, va alors scinder ce super continent en deux masses préfigurant la répartition Nord-Sud des continents actuels.

L'Atlantique s'est ouvert et les plaques ont cheminé à nouveau sur le globe.


Les Amériques se séparent de l'Europe et de l'Afrique. La dérive s'organise suivant deux directions : vers l'équateur et vers l'ouest.

Ces mouvements provoquent d'abord le détachement de l'Antarctique et de l'Australie, puis celui de
Madagascar et de l'Inde qui entame seule sa remontée vers l'Asie à travers le futur océan Indien pendant que l'Australie s'écarte vers le Pacifique.

L'ère secondaire, plus chaude que la précédente, voit s'élever les Rocheuses et les Andes, par subduction de la plaque pacifique sous la plaque américaine.

Le déplacement de l'Amérique étant plus rapide que celui de l'Eurasie et de l'Afrique, l'Atlantique va se former, puis s'élargir.

Pendant le tertiaire (-65 à -2 millions d'années) et le quaternaire (jusqu'à nos jours), les continents ont progressivement adopté leur disposition actuelle.

Il y a environ 5 millions d'années, la rencontre de l'Afrique et de l'Europe a fermé l'embouchure de la Méditerranée qui se vidait, rendant le climat très aride.

Peu de temps après, les déplacements de plaques ont ouvert le détroit de Gibraltar qui, tel une gigantesque cataracte, a permis à l'eau de l'océan Atlantique de se déverser dans la mer Méditerranée pour la remplir de nouveau.

Aujourd'hui, les mouvements se poursuivent, si bien que dans quelques millions d'années, la Terre n'aura plus le même visage : l'Afrique aura plongé sous l'Europe, l'Inde sous le continent asiatique et la Californie sera devenue une île !